Caroline 
 Ecrire 
Lupant
Ecrire pour dire, lâcher, exister, dire, et recommencer encore
28 novembre 2021
Un,deux,trois...
Nous étions trois en tout...
C'était un dimanche après midi, j'avais décidé de prendre ma guitare même si les enfants étaient là. Ils étaient montés et jouaient "en haut". Moi j'étais dans la cuisine, un peu incognito. 
J'étais triste et heureuse, parfois les émotions sont difficiles à distinguer. J'ai fait vibrer les cordes en douceur, au hasard et j'ai entendu une voix chantonner. C'est la première chanson que j'ai écrite au départ d'une mélodie, le texte est venu ensuite se déposer simplement.   


Le brouillon sans parole > > >
Je crois que cet après-midi là, je nous ai vraiment vu, les garçons et moi comme trois super héros de la vie, de l'amour. Malgré tout ce qui se passe autour, malgré notre corps barricadé, distancé, malgré combien on sent dans nos tripes que la vie est blessée, nous continuons à jouer, chanter, différemment sans doute mais nous continuons. J'avais envie de nous dire à tous les trois, que j'étais si fière de notre courage et que je nous aimais... vraiment.
Je crois que j'avais aussi, pour moi, besoin de l'entendre.... :-)  


Et avec les paroles > > >